22-------------------------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

Derniers jours avant l'envoi du manuscrit à La Dragonne (qui a apprécié mon dernier manuscrit, je leur envoie donc celui-ci en priorité) et toujours pas sûre du titre : Poreuse ?, Zone très sensible, Passera Passera pas ou encore Dedans/Dehors, j'hésite c'est fou, il devrait s'imposer pourtant maintenant, non ? 

Publié dans kommen kon krée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

juliette 09/11/2007 17:03

et "membrane" colle au sujet, je garde donc dans un coin de la tête... j'avais à un moment pensé à prendre un mot au hasard dans le dictionnaire et puis j'ai laissé tomber. Merci pour la proposition Mikael.

Mikael 09/11/2007 16:40

Je propose : "Membrane", comme titre.N'ayant  pas lu le texte, je suis objectif au sens surréaliste du terme :)

juliette 04/11/2007 10:10

oui, c'est marrant, c'est ce que je me dis depuis le début ! Je viens de finir "les ados troglodytes", je suis encore trop dedans, dans la grotte avec adèle, pour pouvoir en dire grand chose, j'aime bien rester comme ça, flottante, juste après la lecture. Mais je peux dire dès à présent que c'est un livre qui comptera pour moi, en tant que lectrice mais aussi pour  mon écriture. Comme ça a été le cas ces dernières années avec "le cri du sablier" de chloé delaume, "le livre des nuits" de sylvie germain et "les anges mineurs"d'antoine volodine, des voix très différentes mais des voix qui se détachent, qui se font entendre et reconnaître. Reverdy disait qu'il s'agissait pour le poète de dire (je n'ai pas le bouquin sous la main mais en substance il disait) ce qu'il y a de plus commun, de plus banal même mais de le dire en usant d'une langue singulière. C'est votre cas je trouve... et puis il y a la nature renouvelée aussi par l'écriture (c'est si difficile aujourd'hui de dire la nature sans faire 19ème), bon j'arrête et je laisse reposer, à bientôt !

Emmanuelle 03/11/2007 15:54

C'est marrant quand même, mon Stéphane de mari, dont la famille est sétoise, à fait de semblables études d'archi, s'intéresse aux matières, etc.
Depuis quelques années, la burle sévit surtout au printemps...

juliette 03/11/2007 11:28

Emmanuelle, oui juliette c'est un pseudo (si j'avais eu une fille je l'aurais appelée juliette et après deux garçons, je me suis dit que tout compte fait, juliette ce serait moi !) et stéphane est mon mari... ça fait un moment que je ne suis pas allée sur son site et je ne sais pas s'il a mis en ligne sa recherche du moment : des structure en papier plié qu'il fait ensuite couler en bronze, je suis ça avec beaucoup de curiosité et d'intérêt, toutes les possiblités du papier plié et sa conversion dans une matière "noble" qu'il s'agit de bousculer un peu, de travailler autrement.Le gite, c'est Francillon, je n'y suis jamais allée mais je le situe très bien, entre les estables et le mézenc. J'ai aimé ce matin lire le passage des "ados" où il est question de la burle, du brouillard sur le plateau... Pour les cheylarois, pas question de monter quand il fait ce temps, on attend le soleil (comme les touristes) et la burle on en parle un peu comme d'une sorcière avec fascination et effroi. Moi qui ai quitté l'ardèche à  quinze ans (pas de lycée à l'époque) je n'ai jamais connu le plateau sous la burle et vous m'en donnez l'envie. L'an prochain, c'est décidé j'y passe une semaine l'hiver. La littérature ça nous fait faire de ces choses des fois !