37-----------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

Quelques mots

Le refus
Le besoin forcené d'avancer
Le passé, lui tourner le dos
Une maison mais le danger est à l'intérieur

que j'ai griffonnés hier à la fin du livre "balayer fermer partir" de lise benincà. Des mots que la lecture a fait émerger et qui seront peut-être, surement, à l'origine d'un nouveau récit. Un an, environ, c'est le temps nécessaire pour qu'une forme vague apparaisse, faite de mots et d'images. Ensuite, j'écris, je précise, j'abandonne où je poursuis... à ce moment-là, c'est vraiment l'écriture qui décide, c'est dans l'action d'écrire, c'est à dire dans l'urgence, que se font les choix.  Cette seconde phase dure elle-aussi à peu près un an. En tout cas, jusquà présent ça se passe comme ça. Pendant la première phase (rêvasseries, recherche passive) j'ai souvent un autre projet, plus léger ou très différent. En ce moment, je progresse dans cette drôle d'histoire dont j'ai déjà parlé, quelque chose de complètement nouveau pour moi puisque ça implique de travailler avec d'autres, avec d'autres voix qui vont se mêler à la mienne, une idée de métissage qui me plait bien. 
Autre genre de métissage : les lectures croisées d'emmanuelle pagano et marc pautrel que vous trouverez sur le site "ce métier de dormir" en lien sur ce blog. 
http://www.tierslivre.net/depl/  où vous pourrez vous procurer "balayer fermer partir" de lise benincà.

Publié dans kommen kon krée

Commenter cet article

juliette 27/03/2008 08:36

plutôt, oui ! le mot d'ordre c'était : faites du bruit, déguisements à volonté, faut qu'on nous voie... en fait on devait être 3 dans toute la manif à faire les clowns, les profs sont d'un sérieux parfois !

O. 25/03/2008 19:24

Très disco la Juliette...!