42-------------------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

les livres qui ont compté (suite)

après l'arrière-grand-père, il y a eu la "bibliothèque" : deux étagères sur lesquels se tenaient serrés et hors de portée (je montais sur une chaise pour les atteindre) une centaine de livres de poche. Tout cela  au-dessus de mes vêtements d'enfant et dissimulé derrière des portes KZ. Seul endroit de la maison où il y avait des livres. Ma mère les avait remisés là. Ils appartenaient à une époque révolue, le temps où je n'existais pas encore... elle les avait lus mais elle ne lisait plus, plus du tout. Et ça m'intriguait. La nuit, les portes KZ étaient fermées. Je me rappelle les avoir fixées de longues heures, surtout ne pas les lâcher du regard, de peur que les forces obscures qu'elles retenaient ne se propulsent à l'extérieur si je relâchais mon attention. Le jour, j'ouvrais les portes et avec délice je me demandais par quel livre je pourrais bien commencer.  

Publié dans kommen kon krée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

juliette 09/05/2008 08:49

perdu !

fafet 08/05/2008 10:07

Ma main à couper que c'était "a l'est d'Eden" de Steinbeck car quand tu es à l'est de d'Eden tu es super loin de l'ardèche !