52------------------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

Sixième voix (3)



J’ai un caractère un peu difficile, super explosif, je suis un peu meneuse de groupe, commandant en chef. Toutes mes copines elles me suivent, c’est pas ma faute.

Petite, j’étais la terreur, le petit monstre, je me battais tout le temps. Etre la commandante, celle qui dirige, j’aime bien.

Le prince Mychkine traversa mon cerveau puis « la salle puis l’antichambre pour gagner sa chambre par le corridor ». Quelque chose l’arrête devant la porte de sortie : la sonnette « probablement dérangée » s’agite muette.

Un corps qui s’enfonce dans l’eau et dont on ne voit que les bras qui s’agitent.

Derrière la porte : Nastassia Philippovna. Yeux fiévreux, ton péremptoire… une femme qui a du caractère - pour dire vite et mal. Méprise sur la fonction de celui qui se trouve là, par hasard, dans l’entrée. La pelisse glisse : « Qu’est-ce que c’est que cette idiot-là ? » et le prince empêtré, incapable de donner son identité, indiquer sa qualité. Sa luette de prince un tantinet dérangé s’agite s’agite sans qu’aucun son ne sorte. Il sourit et à ce moment-là : je l’aime, je le prends tel qu’il est.

Deux corps qui s’enfoncent dans l’eau et dont on ne voit que les bras qui s’agitent.

« Efforts désespérés » écrit Dostoievski à propos de la sonnette. Qu’est-ce que je leur en ai voulu à ces deux-là de ne pas savoir s’aimer, efforts désespérés mon œil, dérangés ça oui ils l’étaient ! Je les aurais battus jusqu’au sang, fessées pour le prince, fouet pour Nastassia.

Vous reprendrez bien un petit rôti de tragédie ?    

Vous imaginez les hivers longs, à la campagne, sous la neige ? Ma grand-mère vit dans un village à une heure de Moscou, elle a une retraite très très basse… mais elle a l’eau courante. L’été, le soir, tu peux sortir en pyjama, personne te dit rien, on fait le tour du village…

Vous pouvez pas savoir ça me fait tellement de bien, tellement différent d’ici moins de pression peut-être, me murmure le pyjama, pas mieux ni moins bien, quand je reviens je suis un peu changée à chaque fois.

 

 

Publié dans autres textes

Commenter cet article