60----------------------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

J'ai été très intéressée récemment par les articles et commentaires sur le blog de bartleby concernant le roman et les pavés littéraires. J'ai beaucoup aimé les gros pavés, à l'adolescence, passionnément : plonger dans un monde parallèle et radicalement coupé du mien, disparaître - mes parents m'appelaient en vain - et vivre d'une vie bien plus intense que celle que je menais, terne.
Aujourd'hui, je préfère les pavés légers, une écriture particulière, une "atmosphère". La frontière est vraiment très poreuse aussi entre les univers des livres que je lis, le texte que j'ai en cours et la vie que je mène. Je lis pour cette raison plus lentement, pour que les mots me rentrent dans la peau mais aussi et surtout parce que je lève régulièrement les yeux du livre pour regarder par la fenêtre, me perdre dans mes propres pensées/images, saisir un de ces carnets, toujours à portée, sur lesquels je prends des notes. Besoin de ces vies parallèles, de ce "surcroît de vie". Proche en cela, peut-être, j'imagine, de pas mal d'écrivains... de chloé delaume en tout cas, si j'en juge par ses posts . 

Publié dans kommen kon krée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article