66----------------------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

La Plume aurait été interné en HP : nouvelle que j'apprends de la bouche d'une martine sous le choc, ce we aux halles... il aurait distribué des biftons aux passants après avoir hérité d'une fortune, sa famille aurait moyennement apprécié. Supputations-consternation-interrogations-suspicions-indignation-tristesse surtout parce qu'on saisit qu'on ne le reverra peut-être plus dans les rues de sète et puis keskonfait ? visite ? oui mais où ? article dans la presse ? On se quitte là-dessus en se promettant de "faire quelque chose".
Le soir, je reprends ma lecture de la postface de "Bartleby" écrite par deleuze : "Les originaux sont les êtres de la Nature première, mais ils ne sont pas séparables du monde ou de la nature seconde, et y exercent leur effet : ils en révèlent le vide, l'imperfection des lois, la médiocrité des créatures particulières, le monde comme mascarade". C'est TOUT la Plume. Un fou roulant qui, quand je suis arrivée à sète, sillonnait encore la ville à vélo sur le porte-bagage duquel il accrochait un drapeau - à la suite d'un accident, il a troqué un moment son vélo contre un fauteuil roulant (+ drapeau !)  mais récemment on le croisait plutôt à pied, et dans les tenues les plus audacieuses. La Mathilde de Poreuse lui doit beaucoup. Tout le monde le connaît ici, chacun peut raconter un épisode de sa vie tant il fait corps avec les rues de la ville. Quelqu'un lui a même créé un groupe de soutien sur facebook. En attendant, on est toujours à la recherche d'infos un peu précises concernant ce Monsieur. Une chose est sûre pour l'instant : Mathilde/La Plume sera en première ligne dans le Journal du brise-lames.
 

Publié dans kommen kon krée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article