--------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

J’ai déambulé un moment, effleuré des doigts les nasses, les filets rugueux et puis j’ai eu envie de glisser sous le pont minuscule qui enjambe le bras d’étang et qui ramène vers le phare et les maisons de la pointe.

L’air y était plus sombre encore. Je me sentie chez moi, à l’abri dans ce gris cotonneux, dense et rassurant, dans les odeurs douces et écœurantes qui imprégnaient tout, dans la moiteur de cette cavité à claires voies que formaient la dépression creusée par le ruisseau et le pont en dessus, avec ses planches disjointes grossièrement équarries. Le monde s’est resserré autour de moi, il m’a touchée, il ne m’a pas saisie ni prise ni oppressée, il m’a touchée et reconnue, j’ai senti son souffle sur mes joues, mes avant-bras, mes jambes. J’étais dans le monde indistinct, le monde d’AVANT, avant le grand classement, les grandes séparations — la dame du Catéchisme avait lu sentencieuse « Dieu fit le firmament et il sépara les eaux inférieures au firmament d’avec les eaux supérieures » — le monde d’avant les colonnes débit-crédit, avant les hiérarchies, les grandes dynasties, la star Académy, dans le monde où régnait le beau flou artistique, où notre âme poisson frétillait sot gardon dans un liquide vaguement aquatique, dont il faut bien émerger un jour, me direz-vous, pour devenir adulte, y’a pas de raison que les autres y trinquent pas, et prendre ainsi le relais dans l’épopée moderne qu’est la course au classement. La concurrence est rude. Et la mort est bien proche. Alors classez maintenant !

Oui, classez, rompez, disséquez, organisez, découpez le temps et le savoir en fines lamelles de la pointe du scalpel, étiquetez les choses et les gens puis rangez-les dans vos armoires. Ne laissez rien paraître. L’efficacité est à ce prix. Calculez.

Oui, calculez, et travaillez, oui, travaillez d’arrache-pied sinon gare, les petits chinois risquent fort de venir vous croquer les orteils, dans votre doux sommeil. Méfiez-vous ! 

Femme côté nord

Publié dans autres textes

Commenter cet article