14-------------------------------------------------------------

Publié le par Juliette Mézenc

Face à la complexité du monde, complexité anxiogène, sidérante, réjouissante et troublante, plusieurs voies : simplifier pour se rassurer et dans ce cas étiqueter, départager, choisir son camp définitivement ; restaurer ou rêver un passé que l'on imagine (avec du recul) plus clair, moins confus, moins profus, où on s'imagine qu'il était plus facile de  faire des vrais choix, entiers et enthousiasmants ; ne faire aucun choix, flotter au gré du courant, s'en remettre au destin ; interroger cette complexité, chercher à comprendre, à approfondir les rapports complexes qu'entretiennent les êtres vivants, les pierres et le vent, mon voisin et vos parents, le clandestin et la mer, la maman et la putain, le CO2 et le goéland qui ouvre le bec sur la cheminée d'en face, au premier plan mon balcon avec un jasmin rachitique qui n'entretient plus avec la rambarde de fer forgé que des relations extrêmement ténues, faut réagir ! En tout cas, il est plus que jamais urgent, important, essentiel de réfléchir, inventer et je me rappelle ce très beau titre de florence aubenas et miguel benasayag "résister, c'est créer" en ajoutant son corollaire "créer, c'est résister" ! 

Publié dans kommen kon krée

Commenter cet article