Article sans titre ni rien (mais avec liens)

Publié le par Juliette Mézenc

une découverte récente et importante pour moi, l'écriture de Claude Favre :


bouche dans la tête vlang. des
mots comme on s'en. jamais.
sangs à trop. à pas à ni
de. juste douce juste tu. comme 
ce qui pleuré. les mots comme 
plus jamais. comme d'un côté 
ça finira. comme hérissée
piquants. bouche tue. s'en 
front dirait frottés. bouche
te saigne issée. à plus
jamais. 

Extrait de
Pas de titre ni rien 


...et pas de commentaire non plus sur cette "langue de guingois", juste vous inciter à la lecture de ses textes, disponible sur remue.net ou publie.net

Publié dans lectures

Commenter cet article

dominique boudou 14/02/2010 16:48


Dix vers ça va mais tout un recueil ? De toute façon, la langue résiste à toutes nos tentatives de la chavirer. Un duel perdu d'avance comme disait Baudelaire.


Juliette Mézenc 15/02/2010 08:24



dominique, le "recueil" est court et la mise en page sur publie.net bien meilleure que sur mon blog... quant à la langue, elle résiste, bien sûr, elle fait son boulot, et claude favre fait son
travail de poète me semble-t-il : tenter de la faire chavirer



martine 12/02/2010 16:18


Ça me fait penser à ce que disait le chorégraphe Alain Platel hier sur France culture à propos de sa dernière création "out of contexte" for Pina. 
Une pièce sans contexte, que du détail, une archéologie des petites choses, l'invisible visible.... 
Mot clé de sa création, emprunté à la langue Espagnole, le "DUENDE", intraduisible en Français et qui témoigne de l'indicible, rencontré dans des moments de grâce de l'Art flamenco.
Au delà des divergences culturelles le "DUENDE", est une facette de notre expérience souvent passée sous silence, qui renvoit à notre expérience originelle de rencontre corporelle avec le
monde....
Va voir "DUENDE" sur google...c'est ça aussi le voyage de la langue, un mot venu d'ailleurs pour nous ouvrir de nouvelles saveurs de sens....
j'adooooore! c'est comme la cuisine de Tami!