Ecriture du dedans

Publié le par Juliette Mézenc

vraiment très heureuse d'héberger ici un texte de Petite racine, le blog de Cécile Portier. Belle idée que ces vases communicants et un grand salut à ceux qui l'ont initiée, Scriptopolis et François Bon ainsi qu'à ceux qui l'animent, Pierre Ménard et Jérôme Denis. Je mettrai en ligne au cours de la journée les liens vers les autres participants.

 

Ecriture du dedans
 




Créer un personnage de fiction, ça engendre de nombreuses responsabilités. C’est une bouche de plus à nourrir, en quelque sorte, et la nourrir de quoi ?


Pour lui donner vie on serait bien sûr prêt à tout, même à inscrire sur son front le nom de Vérité, mais aussitôt ressurgit la méfiance envers le vieux Golem : le personnage ne va-t-il pas se retourner contre soi ?


Et surtout, Vérité, ce nom de Vérité, comment le tracer ?

On cherche, parfois, dans la sincérité de ce que l’on ressent.

On cherche aussi dans la véracité de faits vécus.

Ou bien encore, dans le monde tel qu’il va.

Toute cette matière peut bien faire écriture, et c’est ainsi, à tâtons, que s’écrivent les fictions.


Pour nourrir son personnage de fiction, on peut aussi avoir recours aux écritures déjà là, celles qui ne sont pas fictionnelles, celles qui revendiquent justement leur statut de vérité : statistiques, enquêtes, rapports publics, résultats de sondage, diagrammes comportementaux, enregistrements divers, etc. Car toutes ces écritures publiques nous écrivent tous, en permanence, nous décrivent, avec cette objectivité imparable du chiffre.

N’est-ce pas la vérité ?

Nous relevons chacun de notre catégorie socio-professionnelle, de notre tranche d’âge, de notre lieu de résidence, de nos antécédents familiaux, et décrire précisément ces items pourraient suffire à prévoir notre trajectoire de vie. Ainsi, une fiction qui partirait de cela serait une balistique imparable.

 

Sauf que, bien entendu, en temps qu’êtres vivants et sentant, nous ne voulons pas, nous ne nous résignons pas à être les petits golems des écritures publiques. Nous pensons, et nous avons raison, qu’en nous quelque chose échappe à ces catégorisations inscrites sur nos fronts.

Nous pensons que nous avons un cœur.

Nous pensons que ce cœur est irréductible à toute description objective et utilitaire. Pour l’approcher, le connaître, nous préférons nous en remettre, et nous avons raison, à d’autres formes d’écriture.

 

Aussi l’auteur se doit d’apporter à son personnage de fiction ce qu’il revendique pour soi-même : que les lettres du nom de Vérité inscrites sur son front ne s’effacent pas si facilement qu’on puisse décider d’un coup de gomme de son destin.

Que d’autres écritures plus secrètes le soutiennent, lui donnent une autre pulsation.

C’est pour ça que l’auteur du personnage de fiction se retrouve obligé de lui donner, disons de lui prêter, son cœur.

Pour lui insuffler cette petite écriture du dedans, involontaire et sourde, régulière sauf quand ça va mal.

 


Les autres vases :
paumée et Tentatives
frédérique martin et humeurnoirte
balmalok et lignes de vie
enfantissages et la méduse et le renard
36 poses et la vie dangereuse
journal écrit et liminaire
à chat perché et kms
zoë lucinder et biffures chroniques

si qq a trouvé un truc pour copier-coller des liens rapidement et sans tournis je suis preneuse (joachim séné est un petit malin :-)
 

Publié dans projet brise-lames

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Enfantissages 09/11/2009 23:55


Je suis contente d'avoir découvert "Petite Racine". Les Vases communicants ont atteint leur but!


Jérôme Denis 08/11/2009 19:22


Très beau texte sur l'enchâssement des écrits publics et privés, collectifs et personnels. Et sur les vérités qui les traversent. Merci !


dominique boudou 07/11/2009 18:39


Ecrire à tâtons, oui ! Gombrowicz ne disait pas autre chose et d'autres avec lui.


Zoë 07/11/2009 16:24


Ce qui est bien avec le personnage bouche à nourrir, c'est qu'en retour il nous redonne de la sève


cécile portier 07/11/2009 13:55


Merci à toi Juliette, c'était bien ce petit séjour chez toi! Et ton texte chez moi est pour moi un grand motif de fierté. Vivement un  peu de temps pour aller découvrir, en retard, les autres
vases qui ont fleuri hier