liquider l'animal

Publié le par Juliette Mézenc

Elle regarde aussi et s’absorbe dans ce qu’elle regarde :

IMG_8688.jpg

 photo : martine bousquet

Elle aimerait être l’un deux, froid, gluant, merveilleusement vivant, elle aimerait avoir comme eux une carapace noire et luisante, l’opposer au monde, opposer cette matière dure et lisse à la mer, et être dessous, élastique, gluant, rivé à la paroi du monde, obstiné dans l’attachement. Un tout petit être obtus. Voilà ce qu’elle voudrait être. Elle vient de trouver sa vocation. Une vie qui tire vers le minéral. Liquider l’animal, trop chaud, trop imprévisible, trop de mouvements et de contraintes, trop de frottements, épuisants frottements. Non, elle sera une construction inédite de molécules, elle ne sait encore trop laquelle, faut lui laisser un peu de temps.  C’est pas évident.
En attendant, elle zones. 


 

 

Publié dans projet brise-lames

Commenter cet article

PhA 21/12/2009 20:30


Trop peur d'être mangé par un autre moi-même.