le Journal du brise-lames et l'esthétique du fourre-zy-tout

Publié le par Juliette Mézenc

moi qui rêve d'un texte tenu, sobre, un truc genre "jardin à la française" avec un parti pris de départ, des lignes claires... je me retrouve avec un drôle d'engin à multiples moteurs, un monstre hybride qui dans le meilleur des cas sera (on peut rêver) aussi convivial et savoureux que les plats "fourre-zy-tout" du plateau du dimanche soir. MerdRe ! 


Oui parce que voilà, dernière idée en date : insérer un roman photo dans le Journal du brise-lames, avec une histoire de homard amoureux qu'on trimballe dans les restaurants de la Marine pour prouver aux touristes qu'on leur donne pas du surgelé non non non que du frais et après hop retour à l'aquarium jusqu'à la prochaine commande et re-balade du homard etc (merci à Ernest et Pascale pour l'anecdote, véridique), un roman photo Sétois quoi !


Plein de mauvaises herbes, ce journal, pour un peu j'y verrais l'influence maligne de Natacha et de son (comment dit-on : professeur ? maître ? tuteur serait mieux indiqué dans ce cas, non ?) tuteur... Alors pour me consoler je me dis que je ne concocte finalement plus un fourre-zy-tout mais que je conçois un jardin en mouvement, tout de même plus chic.

 

Et puis, avouons-le, l'anarchie (dans ce sens là, pas au sens courant) me va bien. Tiens, tant que j'y pense, allez faire un tour sur le site du Collège de France (excellent Chomsky)...

Publié dans projet brise-lames

Commenter cet article

Juliette Mézenc 17/06/2010 11:01



@ernest : de sa belle mort... mouais, je t'y verrais toi si on te sortait régulièrement de l'aquarium pour te transbahuter de restau en restau ;-)


@brigitte : même les cigales de mer se font rares, tout part à vau l'eau



brigetoun 16/06/2010 18:58



faut dire aussi qu'un homard égaré à Sète c'est assez rare pour être conservé précieusement



ernest 16/06/2010 18:09



et en plus ce bel Homard estival a tout de même fini par tirer sa révérence, en fin de saison, de manière naturelle, de sa plus belle mort d'acteur, dans son rôle de composition dans les restos
de La Marine, à Sète et nulle part ailleurs