"sans frontière" de Mitia Fedotenko

Publié le par Juliette Mézenc

mardi 23 et mercredi 24 mars le chorégraphe Mitia Fedotenko donnera deux représentations de sa dernière création "Sans frontière" à la Chapelle Gély (Montpellier). Il a demandé pour l'occasion à Stéphane d'exposer quelques unes de ses pièces.



J’ai souvent l’impression que le corps se plie. Chaque articulation forme une frontière après laquelle la position spatiale du membre suivant change. De même à l’échelle d’une journée ou de la vie le corps se déploie ou se replie. Ainsi, à la question que Mitia Fedotenko se pose sur la notion de frontière en créant des formes de danse par le pliage des corps, je souhaite associer mes formes pliées. Leurs présences immobiles à l’entrée de la Chapelle par la variété des pliures qui les constituent sont comme une trace des états de« pliure » traversés par les danseurs.Je connais le travail de Mitia depuis quelques années et pratique moi-même la danse contemporaine en amateur lors d’ateliers animés par Mitia auprès de la Scène Nationale de Sète. Je sais son attachement à rendre sensible une forme de danse par une recherche non pas du sensible mais du mouvement.Je travaille ainsi en vue du spectacle, sur des formes abstraites simples de grande dimension qui reposent sur une géométrie de surface d’une rigueur mathématique et d’une très grande complexité en utilisant notamment des logiciels de modélisation sophistiqués.A l’image du travail de Mitia, la force sensible de mes volumes réside dans la rigueur de leur géométrie et de leurs plis.La peau du volume est sa substance profonde comme le mouvement du corps du danseur traduit lapensée qui l’anime.

Stéphane Gantelet 

Publié dans comme en concret

Commenter cet article